La vérité élastique de Trump

Un an de Trump à la Maison-Blanche et l’on commence à comprendre que la vérité est maintenant considérée comme une idée à géométrie variable. Que la vérité est quelque chose qui est plus proche d’un élastique qui se tend et se transforme comme un Barbapapa, que d’un cristal intouchable.

En 1987, dans son livre The Art of the Deal, Donald Trump, alors homme d’affaires flamboyant, avait déjà développé le concept d’« hyperbole véridique ». Et quelle meilleure illustration que la Trump Tower ! On est en 1979 et les architectes dévoilent au fringant Donald Trump (il a 33 ans), la maquette de son projet immobilier new-yorkais, la Trump Tower au cœur de Manhattan, sur la prestigieuse Cinquième Avenue, juste à côté du célèbre joaillier Tiffany. Le futur président est pris de furie et explose : « Mais c’est quoi, cette putain de tour qui est plus grande que la mienne ? ». À quelques blocs d’immeubles du futur chantier, le General Motors Building, du haut de ses 214 mètres, mesure 12 mètres de plus que la future Trump Tower. Et déjà en germe, le Trump avec son gros bouton qui ne supporte pas qu’un autre en ait un plus gros que le sien…

Il se retourne vers les architectes. Comment faire pour que SA tour soit la plus grande du quartier, alors qu’il n’est bien évidemment pas question de construire des étages supplémentaires ? Les architectes se regardent, médusés, ne voyant pas bien ce qu’ils peuvent faire. « Vous n’avez aucune imagination, c’est affligeant, mais c’est pourtant très simple ! » Trump décrète que les premiers appartements situés au-dessus des 19 premiers étages comprenant un gigantesque atrium et des galeries marchandes, n’ont aucune bonne raison de s’appeler « 20e étage ». « Oui, finalement pourquoi ? » Il va donc les nommer « 30e étage ». Le dernier niveau de sa tour de 58 étages s’appellera désormais « 68e étage ». C’est là que trump lui-même habite dans un triplex de 3 000 m2. Le General Motors Building et ses 50 « petits » étages est, d’un coup, complètement ridiculisé.

Trump a étiré la réalité sans réellement mentir, à tel point que les autres promoteurs immobiliers vont le copier. Cela est même devenu une nouvelle façon d’afficher sa puissance à New York. Par exemple, le Time Warner Center, achevé en 2004, se vante d’avoir 80 étages, alors qu’en fait, il n’en a que 69. Trump avait déjà repris la même logique pour sa Trump World Tower inaugurée en 2001, presque en face du siège des Nations Unies. L’édifice de 262 mètres est annoncé à 90 étages… et il n’en compte que 72.

Règle de base, donc, prendre la réalité et tirer dessus jusqu’à ce que cela corresponde à ce que vous souhaitez. « Comment osez-vous parler de mensonge, alors qu’il ne s’agit que d’hyperbole ? » En 2016, un illuminé se mit en tête d’escalader la Trump Tower pour porter un message à Donald Trump. Il a été arrêté par la police au 31e étage. « Comment ça, 31 ? Mais je n’ai escaladé que 21 étages ! »